Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Lili

Nous sommes le 28 février 2020.
Hier soir le gouvernement français a indiqué 38 personnes présentant les symptômes du Covid-19, soit une augmentation nette de 20 cas supplémentaires par rapport au jour précédent.
Ce matin, je constate 3 nouveaux cas (en attente de confirmation du gouvernement) via les articles en ligne.

 

Coronavirus : le droit de s'inquiéter ?

Je ne viens pas faire ici un résumé de la situation du nombre de cas, ou encore de la bonne conduite à tenir, informations qui tournent en boucle, depuis quelques jours.


Je viens simplement partager une réflexion. Je ne suis pas complotiste et je suis plutôt une personne réfléchie et mesurée dans mes propos. Je ne m'accroche pas à la première information sans en chercher la source. 

 

Cela fait des semaines que je suis, du mieux que je peux, l'actualité liée à ce virus, en fonction de ce que je peux trouver à mon échelle sur les réseaux, via le moteur de recherche Google, mais aussi par un entourage proche, en contact du monde médical.


Il y a quelques semaines en arrière, le coronavirus entrait peu à peu dans l’actualité avec principalement le suivi de ce qui se passait en Chine, notamment à Wuhan. Bonnes ou mauvaises informations, je ne sais pas, en tout cas, je me suis mise en veille active sur ces événements mi-janvier. Sans entrer dans une peur irraisonnée, je suis restée en alerte sur ce sujet.

Je réussissais à trouver des vidéos en ligne présentant des témoignages de résidents à Wuhan, des images de ce qui se passait dans cette ville et aux alentours, ainsi que des lieux concernés par des confinements. Les "images-chocs" ou du quotidien se font de plus en plus rares, je ne réussis plus vraiment à trouver d’informations sur ce qui se passe de l’autre côté du globe terrestre. 


Depuis quelques jours, je suis les actualités sur Twitter, réseau que je n’appréciai pas véritablement.

 

Cependant, il faut bien l’avouer, il s’agit du réseau le plus réactif et immédiat en termes d’informations que l’on peut trouver. Évidemment, il faut faire le tri entre ce qu’on appelle les fakes news et celles qui ont un véritable intérêt, non pas dans la recherche de la vérité, mais a minima dans l’évolution de cette contagion.


Certaines informations me donnent le sourire (de « joie » ou de façon ironique) comme  :

 

Et j'en oublie tellement, Twitter apporte son lot quotidien, d'informations qui prêtent à sourire avec les traitements miraculeux... 

 

D’autres informations me donnent envie de vomir, si elles s’avèrent justes.

  • Des animaux de compagnie jetés par les fenêtres en Chine par peur qu’ils contaminent les humains, à cause d’une rumeur.
  • Le match OL-Juventus qui a tant fait polémique avec la venue de 3 000 supporters Italiens en France. Ma surprise a été de voir des vidéos de certains supporters faisant semblant d'être malades... Quel irrespect pour ces familles touchées par ce virus dans les autres pays. Quel manque de considération vis-à-vis des mesures prises dans les autres pays pour éviter la propagation du virus. Est-ce là, la culture européenne, le vivre ensemble ? D'où vient cette assurance d'être certain de ne présenter aucun risque pour les autres, d'où vient cette assurance que ce qui se passe n'est pas grand chose, juste "un petit rhume pour lequel les médias en font des caisses". Ce qui me questionne, c'est que les médias ne font que rapporter des décisions politiques. De là, je me demande, avons-nous le recul nécessaire sur ce virus, en dehors de la Chine, pour savoir exactement ce qu'il en est ?
  • Un Président en visite à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, désinvolte dans une communication qui ne se veut justement pas alarmiste. En chemise, sans gants ni masque de protection, dans une salle confinée, à serrer les mains de chaque médecin, alors même qu’un homme est mort la veille dans cet hôpital. 
  • Voir les prix flambés des masques de protection et du gel. Tout est bon pour faire du fric…

 

D’autres informations me font mal à la tête.

  • Les personnes qui mettent en corrélation les décès liés aux cancers, ou plus souvent à la grippe. J’ai même vu un article qui compare les décès avec ceux des trottinettes, les accidents de la route… On compare avec les infectés et morts du Sida, Ébola… Toutes les autres maladies existantes, tant qu’il est prouvable que le covid-19 fait moins de morts et que par conséquent il ne faut pas s’en inquiéter.
  • D’autres encore comparent avec la grippe espagnole mettant en exergue le nombre de morts avec celui du covid-19. Comment peut-on comparer ces chiffres alors même que nous ne sommes qu’au début d'une épidémie, pandémie ? Que les données sont incertaines avec une Chine opaque dans les informations qu’elle transmet.
  • D'autres ironisent en comparant la communication en France avec celle des journalistes aveugles, à l’époque de Tchernobyl, transmettant les informations qu’on leur donnait. La vérité a fait mal à tout le monde. Pour quelles raisons les choses changeraient ? L’histoire a prouvé à maintes reprises qu’on n’apprend pas de nos erreurs, bien au contraire. 
  • Lire cet article de sciences et avenir qui date de fin janvier et le mettre en perspective avec les connaissances d' aujourd'hui... soit seulement 1 mois plus tard...

 

Aujourd’hui, les gens doutent sur les mesures à prendre, en vérité, on doute d’un gouvernement qui semble minimiser la situation par une communication contradictoire, tout comme des décisions qui nous semblent légères en comparaison des autres pays. Des voies du corps médical se lèvent et il serait inconscient de ne pas les écouter.


La communication est paradoxale, avec l’annulation d’évènements festifs comme à Menton et à Nice, la mise en quarantaine de 2 000 élèves qui reviennent d’Italie et pourtant la conservation d’un match de foot avec la venue à Lyon de 3 000 Italiens ou encore le maintien du salon de l'agriculture. Alors, évidemment, certains disent "mais on ne va pas arrêter de vivre parce que quelques personnes sont contaminées, c'est pas pire que la grippe". C'est d'ailleurs pour cela que l'évolution semble être super positive en France... La première étape n'était-elle pas justement d'éviter la contamination ? 

 

Dire dans les médias que "porter un masque est inefficace", alors même que le continent asiatique le préconise avec une pratique normale, voire citoyenne... Ils ont eu d’autres épidémies avant, ils ont une connaissance sur ce sujet. La France ne le préconise pas, mais néanmoins en commande des millions pour les équipes médicales. Si c’est utile pour eux, pourquoi pas pour nous. 


Je continue avec mon beau pays : Un gouvernement français qui se félicite il y a quelques jours de ne pas avoir de nouveaux cas sur son territoire et "en même temps" on apprend que les tests ne sont pas effectués. Combien de personnes ont été diagnostiquées par un médecin traitant avec juste une grippe

On nous demande de ne pas paniquer et les personnes ironisent avec une pointe d’inquiétude quand même. Le pire de tout c’est de ne pas savoir quoi faire en réalité.  Combien de personnes qui doutent après un retour de voyage en Italie par exemple, de la conduite à tenir, car l’information n’est pas claire ?

Pour quelles raisons la Chine a pris des mesures exceptionnelles, que d’autres pays également et que nous nous avons un président en chemise qui va à l’hôpital sans montrer le bon exemple et n’entend pas le personnel hospitalier dire qu’ils ne sont pas prêts.

Pourquoi n’avons-nous pas profité de ce temps de latence pour mettre en place une stratégie efficace depuis des semaines ? Quand on a des encadrants médicaux qui doutent eux-mêmes, comment ne pas douter ? Comment ne pas douter quand clairement les politiciens prennent des décisions économique et politique face à une crise sanitaire mondiale à venir

 

Alors, allons-nous tomber de haut quand la propagation va s’accélérer ou bien faisons-nous des provisions pour rien, car tout cela n’est que du bullshit (je cherche encore les raisons qui amèneraient autant de pays à agir de la sorte sur tout le globe terrestre – effet de groupe ? Soyons réalistes une seconde…)

 

Quand tous les grands événements s’annulent les uns derrière les autres par peur de contamination faisant des millions de perte écomnomique, comment nous faire croire que tout va bien et que la situation est maîtrisée ?

Bien plus que la crise sanitaire qui nous attend, cette crise financière aura des répercussions à un moment donné.


Je ne suis pas médecin ni une personne qui ait une connaissance pointue dans la finance, juste une personne lambda qui sait lire et tente d’analyser la situation au jour le jour.

Je ne crie pas au loup, mais comme beaucoup je m’inquiète parce que même si certains égoïstes clament « c'est une grosse grippe, ça touche les personnes âgées ou les personnes fragiles", j’invite ces personnes à faire rapidement à réfléchir à leur entourage et savoir s’ils ont envie de perdre leurs grands-parents, voire leurs parents, ou bien encore des amis ou de la famille qui ont des problèmes cardiaques, éventuellement des cancers, ou bien sont peut-être même des cousins asthmatiques, diabétiques… et j’en passe, sans compter que si les hôpitaux sont saturés, quid de la prise en charge des autres pathologies ? 

 

Coronavirus : entre psychose et laxisme

Nous ne savons pas encore vers quoi nous allons (même s’il faut vraiment être aveugle pour ne pas prendre en considération les événements de la Chine et de la Corée du Nord qui sont bien plus préparées que nous, Européens).

Certains disent que la psychose se créé, car le coronavirus est devenu le sujet d’actualité de toutes les heures, même dans nos discussions, parce que quand on fait nos courses, on prend quelques paquets en plus au cas où, ou encore tout simplement parce que quand quelqu’un tousse, on tend à tourner la tête.


J’ai moi-même la grippe, ma fille l’a et mon compagnon l’a eu la semaine dernière autant dire que je surveille de près l’état de santé de chacun.


Aujourd’hui, la Corée du Sud annonce un chien porteur de la maladie… Fake News ou pas, qu'est ce que cela signifie ? Ce virus reste une énigme qui apporte son lot de surprise au quotidien, alors SVP lecteurs, si vous doutez de la pertinence de cette "grippe", prenez cependant le temps de réellement vous pencher sur la question et garder l'esprit ouvert au fait que nous régurgitons les informations qui nous sont transmises...

 

Enfin, je pose ça là. Le taux de mortalité serait d'environ 3 % , ce qui ferait dans notre pays, près de 2 millions de morts sur la totalité des habitants, si tout un chacun devait être infecté.

Lorsque vous comparez avec "le nombre de morts" en raison de la grippe, vous oubliez de faire correspondre ce chiffre avec le nombre de personnes qui ont la grippe. Oui, les morts sont plus nombreux, mais les personnes avec le virus de la grippe également, c'est pourquoi il est important de voir le taux de mortalité et non pas le nombre de morts. Qui plus est, il est bien trop tôt pour calculer le nombre de morts sachat que les cas de personnes contaminées augmentent au quotidien. Enfin, je ne suis pas non plus experte en grippe, mais il semblerait que le nombre de décès imputé à la grippe serait à "relativiser", mais je ne me suis pas penchée sur le sujet.

Je me suis également basée sur ce site et les données qui reprennent les chiffres officiels et communiqués et j'arrive à ces taux de mortalité : (attention cela se modifie en fonction des prochains cas détectés et du nombre de morts par la suite).

 

  • Chine : 3.54 %
  • Iran : 10.06 %
  • France : 5.26 %
  • Hong Kong : 2.13 %
  • Italie : 2.36 %
  • Japon : 1.75 %

 

Pour conclure cet article, j'ai bien conscience que ce virus n'est pas mortel à 100 %, et heureusement !

Cependant, un taux d'environ 3 % avec un nombre de contaminés croissant va clairement poser problème. Nous connaissons tous, en France, l'état des hôpitaux, la surcharge, le manque de personnel et semble t-il même de matériel.

Le manque d'anticipation est tellement flagrant que je me pose la question : le taux de 3 % restera t'il celui-ci dans des pays comme le nôtre qui ne sont clairement pas prêts à prendre des décisions adaptées, à injecter de l'argent en amont pour permettre d'anticiper justement et à transmettre des informations autres que de se laver les mains comme si nous avions 3 ans ?

Si des personnes du corps médical lisent cet article, je vous souhaite beaucoup d'énergie et de courage et merci d'avance pour le travail que vous allez effectuer ! 

Lire l'article du 02 mars 2020 : Covid-19 : entre incohérence et responsabilisation individuelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article